Hot Best Seller

L'Évasion de Fresnes (NON FICTION)

Availability: Ready to download

12 mars 2003, 4 h 15. Des hommes attaquent la prison de Fresnes à l’explosif. 4 h 25. Antonio Ferrara est libre.L’évasion d’Antonio Ferrara ne laisse rien au hasard : ce jour-là, ce détenu particulièrement surveillé (DPS) s’est arrangé pour se retrouver au quartier disciplinaire, endroit stratégique de la prison pour mener à bien l’opération. Dans la nuit, un commando d’un 12 mars 2003, 4 h 15. Des hommes attaquent la prison de Fresnes à l’explosif. 4 h 25. Antonio Ferrara est libre.L’évasion d’Antonio Ferrara ne laisse rien au hasard : ce jour-là, ce détenu particulièrement surveillé (DPS) s’est arrangé pour se retrouver au quartier disciplinaire, endroit stratégique de la prison pour mener à bien l’opération. Dans la nuit, un commando d’une dizaine d’hommes cagoulés, organisés et lourdement armés (fusils d’assaut, kalachnikov, lance-roquettes) arrivent sur place et incendient des voitures pour occuper l’arrivée éventuelle des pompiers et des policiers. Lors de l’attaque, d’autres « gèlent » les miradors au fusil d’assaut AK-47 pour dissuader les gardiens de tenter toute réaction. Un dernier groupe fait sauter deux portes blindées à l’explosif et au lance-roquettes, tandis que Ferrara fait exploser lui-même les grilles de sa cellule avant de s’enfuir…10 juillet 2003, Paris 12e. Antonio Ferrara est localisé dans un bar avec deux hommes, parmi lesquels Malek Bouabbas, l’auteur du livre. C’est l’OCRB et la BRB qui mènent l’opération. Quarante policiers issus de ces deux services sont mobilisés pour cette arrestation.


Compare

12 mars 2003, 4 h 15. Des hommes attaquent la prison de Fresnes à l’explosif. 4 h 25. Antonio Ferrara est libre.L’évasion d’Antonio Ferrara ne laisse rien au hasard : ce jour-là, ce détenu particulièrement surveillé (DPS) s’est arrangé pour se retrouver au quartier disciplinaire, endroit stratégique de la prison pour mener à bien l’opération. Dans la nuit, un commando d’un 12 mars 2003, 4 h 15. Des hommes attaquent la prison de Fresnes à l’explosif. 4 h 25. Antonio Ferrara est libre.L’évasion d’Antonio Ferrara ne laisse rien au hasard : ce jour-là, ce détenu particulièrement surveillé (DPS) s’est arrangé pour se retrouver au quartier disciplinaire, endroit stratégique de la prison pour mener à bien l’opération. Dans la nuit, un commando d’une dizaine d’hommes cagoulés, organisés et lourdement armés (fusils d’assaut, kalachnikov, lance-roquettes) arrivent sur place et incendient des voitures pour occuper l’arrivée éventuelle des pompiers et des policiers. Lors de l’attaque, d’autres « gèlent » les miradors au fusil d’assaut AK-47 pour dissuader les gardiens de tenter toute réaction. Un dernier groupe fait sauter deux portes blindées à l’explosif et au lance-roquettes, tandis que Ferrara fait exploser lui-même les grilles de sa cellule avant de s’enfuir…10 juillet 2003, Paris 12e. Antonio Ferrara est localisé dans un bar avec deux hommes, parmi lesquels Malek Bouabbas, l’auteur du livre. C’est l’OCRB et la BRB qui mènent l’opération. Quarante policiers issus de ces deux services sont mobilisés pour cette arrestation.

1 review for L'Évasion de Fresnes (NON FICTION)

  1. 4 out of 5

    Nathalie

    Je ne sais pas pourquoi, mais assez rapidement, je me suis dit que ce livre était mieux écrit que je n'aurai pu le penser. Comme quoi, même en étant très ouverte, on garde comme des aprioris dans nos esprits. Malek Bouabbas possède le sens du récit. On est captivé et on vit les événements de l'intérieur, encore mieux que si on y était car on possède plusieurs vues, celles de presque tous les protagonistes. Mes souvenirs des faits étaient assez vagues. Il faut dire que les médias nous inondent cha Je ne sais pas pourquoi, mais assez rapidement, je me suis dit que ce livre était mieux écrit que je n'aurai pu le penser. Comme quoi, même en étant très ouverte, on garde comme des aprioris dans nos esprits. Malek Bouabbas possède le sens du récit. On est captivé et on vit les événements de l'intérieur, encore mieux que si on y était car on possède plusieurs vues, celles de presque tous les protagonistes. Mes souvenirs des faits étaient assez vagues. Il faut dire que les médias nous inondent chaque jour avec toujours plus d'informations et même quand il s'agit d'évènements très marquants, on oublie moult détails. Ce livre et son auteur ont su faire rejaillir des bribes coincées dans mes cellules grises. J'ai apprécié cette immersion pour un moment dans ce monde parallèle (celui du banditisme, des trafics...) au nôtre, avec ses codes, ses modes de fonctionnement, sa manière de penser. J'ai trouvé presque sympathique ces personnes qui ne restent pas dans les clous, qui transgressent la loi, mais pas forcément n'importe comment. On n'est pas dans un scénario inventé de toutes pièces, on est et on reste dans le possible et la réalité, dans les faits. Et cette fois, la réalité est presque plus spectaculaire que la fiction... Lecture intéressante et instructive. Vraiment à découvrir pour les amateurs de polar car vous verrez un envers du décors véridique et pour les autres lecteurs également car c'est prenant comme un roman alors que c'est un récit factuel.

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.